Call Us 450 361 2177
Stay connected:

Ma journée du 14 décembre 2012

Il s’est passé un gros évènement aujourd’hui… mon fils de 6 ans a eu une leçon qu’il retiendra, je crois. Cette leçon est tellement liée à la tragédie du Connecticut que j’avais envie d’utiliser mon blogue comme thérapie, ce soir!

Nous avions une journée remplies d’activités avec notre groupe d’école-maison, en commençant par la lecture d’un conte de Noël, à la bibliothèque. Ensuite, nous sommes allés dîner chez l’une d’entre nous et les enfants en ont profité pour s’amuser ensemble. Je ne sais pas exactement ce qui s’est passé, mais à un moment, mon grand s’est fâché et a lancé quelque chose de très dur par la tête d’un autre garçon. Après avoir été avertie, j’ai été voir ce qui se passait, en croisant le garçon en gros pleurs. Mon grand, du haut du deuxième étage d’un lit avait l’air un peu sous le choc de ce qui venait d’arriver. Après avoir été s’excuser auprès de son ami, je lui demande de m’expliquer ce qui s’est passé. Comme nous étions juste à côté du garçon et de sa mère, mon coco a entendu se faire traiter de méchant … entre autre! Ses yeux se sont remplis d’eau…

Mon grand garçon, fier du haut de ses 6 ans, perfectionniste, leader, maître de lui-même, a compris que les amis, ce n’est pas acquis. Il a compris qu’il doit faire attention aux autres. Pour la première fois, la théorie devenait concrète. Nous avons pris un moment, lui et moi, dans une pièce à part, pour faire le point là-dessus. Nous avons revu la meilleure façon de réagir lorsqu’on éprouve beaucoup de colère et de frustration. Dans mon cas, je lui explique que s’il a envie de faire mal à quelqu’un, il peut le dire même le crier, mais il doit ensuite immédiatement se retirer. Puis, lorsque le calme revient, on doit aller s’expliquer…  s’exprimer… partager avec l’autre son point de vue, ce qui nous a blessé ou frustré.

Bref, je ne peux m’empêcher de faire le lien avec cet adulte de 24 ans qui a été incapable de mettre les choses au clair, de partager son point de vue, d’essayer de comprendre l’autre… au point de provoquer la mort. J’ai le cœur gros. Je sens que le seul pouvoir que j’ai face à ce genre de situation, c’est dans ma façon d’être avec mes propres enfants.

J’envoie toutes mes pensées de compassion aux familles atteintes…

Aimez vos enfants. Serrez-les contre votre cœur, dites-leur qu’il y a toujours une solution pour chaque problème et que l’amour est souvent l’une d’elles!

Sur ce, je vais me retirer des réseaux sociaux (principale source d’actualités pour moi) pour les prochaines 48 heures. J’ai trop de difficulté à gérer les émotions que font monter en moi des nouvelles comme celles d’aujourd’hui.