Call Us 450 361 2177
Stay connected:

Les rythmes et compétences du nouveau-né

Le 16 octobre, j’ai été assister à une formation donnée par Ingrid Bayot sur les rythmes et compétences du nouveau-né. Totalement passionnant! Moi qui lit beaucoup et qui considère connaître quand même pas mal de choses, je n’ai cessé de m’étonner et d’apprécier ce que j’entendais. Définitivement à la hauteur de la formation du Dr. Pierre Lévesque à laquelle j’ai assistée l’an dernier, et ce n’est pas peu dire!

Ingrid Bayot s’adressait à un public de marraines d’allaitement, d’infirmières et de consultantes en lactation. Elle nous a donc entretenu de notre façon de parler d’allaitement, de la nouvelle vie avec bébé. Dans les médias, on parle beaucoup de la culpabilisation des mères et je suis entièrement d’accord avec ceux qui disent que les nouvelles mamans ont beaucoup de pression de la part de la société pour devenir une mère parfaite… Ce qu’Ingrid nous propose, pour remplacer tous ces conseils bien intentionnés, du style: « Il faut mettre le bébé en peau à peau dès la naissance et obtenir une tétée précoce. Il faut que les parents gardent leur bébé tout proche d’eux, il faut le faire dormir dans la même chambre. », c’est de transmettre des repères aux parents, quant aux compétences du bébé, surtout. Tout le monde dit que la seule façon pour le bébé de communiquer est de pleurer, mais c’est faux. Les bébés ont un langage non-verbal très puissant et c’est celui-ci que nous devrions écouter. Les consignes à l’impératif mettent beaucoup de pression sur les parents, qu’ils soient issue d’une façon d’élever à la dure ou à la douce… Nous devrions donc tout simplement montrer aux parents comment écouter leur bébé, plutôt que leur donner des recettes. Pour en apprendre plus sur ce sujet, je vous invite à lire ce texte sur les rythmes et compétences du nouveau-né.

Elle a aussi remis l’allaitement maternel dans son contexte. Pour un nouveau-né, le besoin d’être en relation et ses besoins nutritifs sont confondus. Il est encore trop petit pour différencier les signes de faim des autres. Le bébé n’est donc pas un tube digestif qu’il faut entretenir, mais un petit être humain fortement épicurien qui ne cherche qu’à ressentir une continuité avec sa vie intra-utérine. C’est donc dire que, même si on choisit de donner le biberon, le bébé a quand même besoin de beaucoup de contact physique et du même genre de stimulation que s’il était au sein. Le prendre collé-collé contre sa peau, le regarder dans les yeux, le changer de côté (pour stimuler chaque hémisphère du cerveau), va contribuer à son sentiment de sécurité. Intéressant! Co-Naître, dont fait parti Ingrid Bayot, a d’ailleurs créé une pyramide de l’approche global et relationnel de l’allaitement maternel qui le remet dans son contexte. ?Je vous invite à lire ce texte d’Ingrid et à visionner la pyramide.

??Un dernier apprentissage que je veux partager avec vous qui m’a énormément surpris: les poussées de croissance n’existeraient pas! Avec des études effectuées récemment, nous aurions découvert que la production de lait augmente jusqu’à 6 semaines de vie du bébé, mais qu’elle resterait stable jusqu’à l’introduction des solides. Les périodes où le bébé demanderait plus souvent à téter (habituellement aux 3 semaines d’abord, puis aux 6 semaines), communément appelées poussées de croissance, ne serviraient donc pas à faire augmenter la production de lait! Voici de quoi il s’agirait… tout d’abord, il est important de savoir que les petits bébés évoluent extrêmement rapidement. Lorsque nous sommes adulte, nous nous remettons en question environ tous les 10 ans. Nous faisons le point sur notre vie, sur ce que nous voulons être et avoir, sur nos apprentissages… les bébés auraient ce genre de période charnière tous les… 3 semaines d’abord, puis 6 semaines! Ils auraient donc besoin de quelques jours pour intégrer toutes ces informations nouvelles. Pendant ces quelques jours, ils ont besoin de beaucoup de contact rassurant et téter est évidemment une activité très agréable et sécurisante, donc très en demande. Wow! Une période d’intégration! C’est la première fois que j’en entends parler, peut-être pas la dernière. Nous verrons si les autres spécialistes en allaitement vont changer leur discours, si cette théorie va se généraliser.

Il y aurait encore beaucoup de choses à dire sur cette formation, mais je vous laisse faire vos propres lectures sur le site de Co-Naître!